L’accès au rachat de crédits quand on travaille dans la fonction public

La France recense quelques millions d’agents publics. Leur domaine d’intervention. Certains sont des fonctionnaires d’Etat, d’autres sont des agents territoriaux ou bien des fonctionnaires hospitaliers. Quelques agents disposent aussi d’un contrat de stagiaire. Peu importe leur titre et leurs statuts, ils ont tous le privilège d’avoir un emploi plus ou moins stable, ce qui favorise leur chance d’accéder à un rachat de crédits.

Faire un rachat de crédits en tant que fonctionnaire

Malgré le fait d’avoir un revenu stable, un fonctionnaire n’est pas à l’abri d’un problème financier. S’il est endetté, le rachat de crédits se présente comme la solution de référence. Via ce procédé financier très en vogue, l’agent de la fonction publique va regrouper l’ensemble de ses emprunts, surtout les plus difficiles à régler comme les prêts immobiliers à taux variable et les crédits à la consommation à taux supérieur. Après la restructuration, il ne détiendra qu’une seule dette. Avec une seule mensualité à débourser, dont le montant est allégé grâce au prolongement du délai de paiement, le fonctionnaire verra sa situation financière se stabiliser. Grâce au fait d’avoir un emploi stable, ce dernier a même le droit d’inclure dans le prêt unique un nouveau montant de financement. Mais il doit se rappeler que le fait d’allonger la durée de remboursement ou bien d’encaisser une trésorerie supplémentaire engendre automatiquement l’accroissement du coût total du crédit : http://www.expertisefinances.fr.

L’importance de recourir à un courtier en rachat de crédits

La connaissance d’un fonctionnaire matière de financement est très restreinte. Il risque de commettre une imprudence qui ne fera qu’accentuer son problème financier. Il peut par exemple augmenter le coût total de son crédit en y incorporant des dettes qui se remboursent facilement. Pour éviter les pièges et réussir la demande de rachat de crédits, un agent public a besoin de l’assistance d’un bon courtier (lire ce dossier). C’est même indispensable s’il est en sous-contrat ou bien si son taux d’endettement dépasse largement le seuil toléré car dans ce cas, il risque fort un refus. En engageant un courtier, le fonctionnaire bénéficiera de bons conseils. Il aura aussi droit à une estimation précise du coût du regroupement de prêts et pourra connaître l’impact de l’opération au niveau de son équilibre budgétaire.